1. Ce site utilise des "témoins de connexion" (cookies) conformes aux textes de l'Union Européenne. Continuer à naviguer sur nos pages vaut acceptation de notre règlement en la matière. En savoir plus.
Color
Background color
Background image
Border Color
Font Type
Font Size
  1. 31 Janvier 2014
    Bonjour !

    Pas beaucoup de belles images avec ce début de saison poussif dans les alpes du nord ! Néanmoins, nous avons investi dans du matériel vidéo et voici donc un petit condensé d’une journée à Vaujany !
    Ça se regarde ici : http://www.dailymotion.com/video/x1...
    D’autres petites vidéos à venir :)

    Nous partons bientôt pour les alpes du sud où l’hiver semble déjà mieux installé... Alors croisons les doigts pour que les conditions soient bonnes afin que nous arrivons à vous ramener de belles images ! Pour vous faire patienter, une petite image en logo venant d'une journée à La Norma le week end dernier où les conditions étaient correctes mais il manque clairement en dessous de 1800m!

    A bientôt !

    Et comme nous n’avons pas grand chose de plus à ajouter et que nous n’aimons pas parler pour ne rien dire, nous allons donc terminer ce message avec cette phrase inutile pour combler les caractères manquants afin d’arriver à 800 caractères... ;-))))

    Pièces jointes:

  2. Lire l'article
  3. 25 Mai 2013
    Avec les quantités de neiges impressionnantes, nous pensions pouvoir finir la saison tranquillement sans portage, mais le gros redoux de fin avril a fait du mal au manteau, nous avons même du sortir les VTT pour patienter le temps que les conditions s'améliorent...
    Après un début de semaine pluvieux jusqu'à plus de 3000m, nous arrivons enfin à trouver un créneau météo avec un petit rafraichissement. Comme il faut partir haut, nous décidons de démarrer aux Arcs pour faire le Mt Turia. Après une longue traversée dans la station, nous arrivons au Grand col, la suite est alléchante avec une couche de fraiche très bien conservée sur le glacier. Nous hésitons un moment à descendre par la face Nord, mais la nivologie nous incite à rester prudents et redescendre par le glacier avec une qualité de neige garantie.

    Le lendemain, nous passons sur l'autre rive de l'Isère avec une tentative pour la Tsanteleina depuis le plan de la Sassière, mais malheureusement, alors que nous arrivions au pied de la face terminale, les nuages débarquent et nous devons renoncer au sommet. Un très joli coin cependant avec beaucoup de potentiel.

    Après une petite pause (météo oblige), nous partons pour la pointe de l'Archeboc depuis le Monal. L'approche n'est pas très longue grâce à la route plein sud bien dégagée. La montée est très agréable dans les vallons, il y a une grande possibilité de variantes pour la descente. Du sommet, nous avons une belle vue à 360° mais le vent violent et froid nous fait repartir rapidement. Notre timing aura été parfait pour redescendre sur une moquette juste à point.

    Malgré la météo incertaine, nous décidons de tenter la face Nord de la Grande Casse sur deux jours, avec un bivouac sur le glacier de Rosolin. L'idée de boucle en profitant des remontées de Tignes était bonne, mais nos péripéties matinales nous font arriver trop tard sur la dernière pente pour accéder au glacier qui est complètement transformée, il faut donc renoncer à l'objectif ! Nous en profitons pour se caler dans un chalet abandonné certes un peu sale mais top confort par rapport à la tente. Le lendemain, les sommets sont bouché et il n'y a eu aucun regel, nous devons encore abandonner la petite face repérée la veille. Histoire de finir en beauté, après un long retour sur la station avec les gros sacs, nous prenons un coup de pluie qui nous fait redescendre sur une neige encore plus trempée.

    Comme il ne faut pas s'arrêter sur un échec, nous passons les derniers jours au col du Mont Cenis qui vient juste d'ouvrir. Départ pour la pointe Ronce depuis la station, mais les éclaircies du matin annoncées se font attendre jusqu'à midi et le réchauffement est immédiat. Nous rattrapons quand même la journée avec une belle session Kite sur cote Plane dans un vent parfait toute l'après-midi.
    Nous partons ensuite pour la pointe de Lamet avec enfin un bon regel ! Il y a pas mal de monde mais le sommet vaut le coup avec une vue imprenable sur la vallée de Suza. Le glacier n'est pas très bon à skier car la neige est béton, alors que la partie basse devient sympa quasiment jusqu'à la route.

    Au final, un bilan positif avec pas forcément du grand ski mais de très jolis sommets dans nos hauts massifs frontaliers. Dommage qu'il faille retourner au boulot car la suite s'annonce particulièrement goutue avec la chute des températures et les précipitation incessantes...

    Manu Ribera, pour les Chasseurs d'Images.

    Pièces jointes:

  4. Lire l'article
  5. 5 Avril 2013
    Après le redoux de la semaine passée, nous avions presque perdu espoir de trouver de la poudre cette saison. C'est alors qu'une chute de 50cm se présente pour une semaine de congés bien choisie.
    Premier jour sous la neige, il y a déjà une bonne couche et nous ressortons les fats avec le sourire aux lèvres. Nous nous dirigeons dans une de nos station locale, les 7 Laux. Le risque d'avalanche est important à cause de la sous-couche en mauvais état et seul une partie du domaine ouvrira. Après un début de journée bouché à tracer sous les remontées, nous passons l'après-midi dans une combe cachée qui est encore vierge grâce à son accès avec 20 minutes de marche. Le plafond du matin remonte et nous offre une visibilité juste suffisante pour se lâcher en grandes courbes.

    Le lendemain, il fait grand beau et la neige est restée froide, mais uniquement dans les pentes nord. Nous partons pour une autre station locale où les hors-pistes ont la bonne orientation. Le vent ayant beaucoup soufflé, nous ne prenons pas de risque à chercher les pentes raides, les grandes combes sont tellement bonnes à skier que nous ne nous en lassons pas, d'autant plus que nous sommes les seuls à sortir des pistes.

    Nous tentons ensuite une rando dans le Taillefer mais la météo est capricieuse et les giboulées s'enchainent avec les réchauffements. La neige devient tellement lourde et collante que nous devons faire demi-tour avant même de sortir de la forêt. C'est un échec, il faut monter plus haut !

    Pour la suite, nous choisissons une petite station des Bauges qui ne paye pas de mine mais offre de beaux itinéraires moyennant 40 minutes de peaux depuis le haut du domaine. Après un petit échauffement en bord de piste, nous enchainons plusieurs fois l'itinéraire qui est très bien conservé et dispose d'un bon nombre de variantes toujours non tracées, à part le passage de quelques randonneurs tous descendus dans la même trace.

    Nous changeons encore de secteur pour le dernier jour, direction la Maurienne. Les premières descentes du matin sont très bonnes mais le réchauffement se fait sentir rapidement, même plein nord et à haute altitude. Nous tentons un itinéraire en début d'après-midi, mais la neige a déjà transformé et le retour à la station par le fond de vallée est beaucoup plus long qu'en temps normal.
    Nous arrêtons assez tôt pour profiter d'une bonne bière sous la chaleur, avec le sentiment d'avoir profité des derniers grands moments de la saison.

    Manu Ribera et Sylvain Barneron, pour les Chasseurs d'Images.

    Pièces jointes:

  6. Lire l'article
  7. 26 Février 2013
    Avant l'arrivée massive des vacanciers, nous partons pour une semaine de ski entre Haute-Maurienne, Hautes Alpes et Taillefer. Les conditions d'enneigement sont déjà exceptionnelles cette année et cerise sur le gâteau, une grosse chute de neige s'offre à nous le premier weekend pour une semaine froide et ensoleillée.
    Pour commencer, nous partons faire un peu de forêt dans notre station mauriennaise préférée : La Norma. Comme prévu, il neige à gros flocons et la sous-couche encore tendre permet de lâcher les watts, comme nos fats savent le mieux le faire. Nous passons donc la journée à rincer la combe du Saint Antoine.

    Après cette mise en jambe, la météo étant annoncée meilleure dans le sud, nous partons pour Montgenèvre. La traversée du tunnel de Fréjus fait mal au porte monnaie, d’autant qu’un tarif spécial van augmente encore la note. Mais le tour par la vallée n'est pas plus rentable… et surtout beaucoup plus long !

    Grâce au nouveau chauffage de Manu qui n'est pas encore au point, le réveil dans le froid est difficile mais ça ne suffit pas à nous démotiver. Nous partons pour le haut du domaine avec plein d'idées d'itinéraires en tête. Nous commençons par une montée au Chenaillet que nous enchainons 2 fois histoire de tester 2 de ses versants aussi beaux l'un que l'autre. Nous continuons avec quelques hors-pistes de proximité, pour finir la journée en beauté avec une montée à la Loubatière pour aller faire son couloir ouest repéré au petit matin.

    Nous partons ensuite vers St Véran dans le Queyras pour rejoindre un ami qui nous accueille dans son magnifique chalet bien chauffé ! Petite journée tranquille sur des pentes sud qui ont été très travaillées par le vent, nous sommes un peu déçus par la qualité de la neige mais nous gardons en tête l'idée que les couloirs nord juste en face pourraient être bons à skier.

    Le jour suivant, nous allons découvrir une petite station du coté des Ecrins : Puy Saint Vincent. Nous avons entendu dire qu'elle permettrait d'accéder à une grande face nord de près de 1000m. Arrivés sur place, la marche d'approche n'est très longue mais l'itinéraire principal est déjà bien tracé. Heureusement nous avons toujours les peaux dans le sac, et il suffit de quelques dizaines de minutes supplémentaires pour s'écarter des classiques et trouver des lignes vierges, dans une neige encore plus profonde que les jours précédents.

    Nous retournons ensuite à St Véran pour aller faire la fameuse face nord avec un nombre de couloirs impressionnant. Nous ne choisissons pas l'itinéraire le plus facile car dès le début de la montée, c'est le brassage dans un couloir à presque 45° qui donne accès à une belle combe visible depuis le village. L'absence de trace rend la montée difficile, mais nous ne le regrettons pas car le haut de la face est un régal à descendre. Par contre le couloir du bas n'était pas un bon choix, les purges naturelles venant d'au dessus l'ont rendu horrible à skier et lui confère une ambiance austère avec ces mélèzes à moitié arrachés. Malgré ce petit aléa, la rando est une réussite. Nous reviendrons pour découvrir les itinéraires voisins, et notamment les couloirs ouest de la Pointe des Marcelettes.

    Pour finir la semaine, nous nous rapprochons de la maison dans le Taillefer, avec une station que nous connaissons bien pour son entonnoir plein nord : l’Alpes du Grand Serre. Malgré nos inquiétudes, la face n'est quasiment pas tracée, nous pouvons enchainer les couloirs avec une ouverture à chaque descente. Ces 2 derniers jours nous ont permis de bien laminer ce spot magique dont nous ne nous lasserons surement jamais.

    Bilan, une semaine avec des conditions proches de la perfection, une boucle assez longue mais relativement optimisée et de très belles découvertes. Encore un gros potentiel Alpin à explorer.

    Manu Ribera et Rom Vassor, pour les Chasseurs d'Images.

    Pièces jointes:

  8. Lire l'article
  9. 9 Janvier 2013
    Malgré le fort redoux d'avant Noël, nous ne sommes pas trop inquiets pour cette semaine qui s'annonce chargée en neige, avec pas moins de 50cm annoncés dans toutes les Alpes du Nord.
    Retour vers notre belle découverte de la saison dernière à La Norma où il nous reste encore pas mal de coins à découvrir.


    Le premier jour se déroule tranquillement, histoire de digérer les multiples repas de Noël et patienter en attendant que les nivôses remontent. La neige tombera toute la journée (comme prévu) mais avec une limite un peu haute. Bien que nous soyons trempés à la fin de chaque descente, la couche est déjà conséquente sur la partie haute, ce qui nous motive à enchainer quelques runs en forêt. Nous restons confiants pour les jours suivants car le domaine monte assez haut dans cette petite mais très mignonne station familiale...
    Le lendemain, le ciel est parfaitement dégagé, il est temps de sortir les fats pour aller voir ce que dame nature nous a déposé pour les derniers jours de l'année. Bien que le vent ait bien travaillé les sommets, la forêt et les combes protégées sont largement fournies. Nous restons principalement en forêt car le risque est assez élevé et le haut du domaine n'est pas encore ouvert.
    Les jours suivants, nous partons à la découverte des faces cachées de la station, des itinéraires très jolis mais un peu isolés en cas de problème. Nous prenons le temps de shooter avant l'arrivée des groupes de skieurs plus ou moins avertis et surtout avant le départ du soleil. En effet, le domaine étant orienté Nord, les pentes ne restent pas longtemps au soleil à cette époque de l'année, mais au moins, la neige se conserve bien et la lumière rasante donne des effets plutôt sympa à exploiter.
    Après ces belles descentes de poudre, la fatigue se fait sentir et nos soirée sont fortement écourtées : Petit passage au bar, un bon repas de montagnard et dodo pour assurer d'être opérationnel à l'ouverture le lendemain.
    Pour le dernier jour, nous retournons sur nos itinéraires favoris et bien que les classiques soient un peu tracés, nous trouvons encore facilement des variantes vierges de toutes traces. Il reste encore quelques secteurs à visiter mais accessible en rando uniquement, nous décidons de garder ces coins pour la prochaines fois.

    Texte : Manu Ribera – Photos : Sylvain Barneron
    http://www.chasseursdimages.com/
    http://www.la-norma.com/

    Pièces jointes:

  10. Lire l'article
  11. 5 Décembre 2012
    Après ce bel épisode neigeux, nous partons pour le massif qui a le plus reçu, à Lans en Vercors. La météo est annoncée correcte mais avec un risque de plafond nuageux vers 1500m. Tant pis, on ne va pas faire de la haute montagne pour la première de la saison, d’autant plus que le vent semble avoir fait des dégâts en altitude !
    Arrivés sur place pas de surprise, la couche de 50-60cm est bien là ! Par contre, le ciel restera bouché toute la matinée. On va dire que c’était parfait pour se remettre les jambes en route avec le manque de visibilité...
    En début d'après-midi, le sommet se découvre et les nuages redescendent. Il est temps de mettre les peaux pour monter un peu plus haut et accéder aux secteurs fermés de la station. Nous découvrons des lignes bien ouvertes (ce qui n'est pas forcément évident dans le Vercors) avec des paysages d’arbres plâtrés, dignes des « ghost-trees » du Canada. On en profite pour shooter et on enchaine quelques runs dans une neige bien profonde, un peu travaillée par le vent mais très agréable à skier. Le manque de sous-couche se fait quand même ressentir et nos skis s'en souviendront. Malgré certaines croyances, il n'y a pas que de l'herbe dans le Vercors !
    Au final, ce fut une bonne journée de remise en chauffe bien qu'un peu écourtée par le plafond nuageux qui est remonté juste avant de partir pour la dernière descente. La sous-couche que nous attendions depuis un moment est enfin là, et nous attendons la suite avec impatience !

    www.chasseursdimages.com

    Pièces jointes:

  12. Lire l'article
  13. 15 Mai 2012
    Après un double échec le weekend du 1er mai à cause de la météo, nous décidons de partir pour trois jours sur le glacier d'Argentière. Montée mécanisée par le téléphérique des Grands Montets pour aller poser un bivouac proche du refuge d'Argentière. Le temps est bouché mais nous sommes confiants pour les deux prochains jours annoncés beaux.
    Au petit matin, le ciel est parfaitement dégagé et nous avons même droit à une petite couche de fraiche tombée pendant la nuit. Départ de la tente à 5h pour le couloir en Y de l'aiguille d'Argentière. Arrivés au pied du couloir, une purge naturelle nous fait hésiter mais nous décidons de continuer. Le ressaut de glace pour entrer dans le couloir n'est pas évident à passer mais deux anglais devant nous tombent à pic avec leur corde en place pour nous aider, alors qu'ils abandonnent la montée. Dans le couloir, très belle ambiance face aux aiguilles des Droites et des Courtes. Après un bon brassage dans la poudre et une sortie assez raide (50°) , nous voilà au sommet de l'aiguille d'Argentière à 3900m, la vue est splendide ! Le temps de profiter de la vue dans un froid glacial et nous nous lançons dans la pente remplie d'une poudreuse parfaite. Après un petit rappel ski au pieds sur le ressaut du bas, il est encore relativement tôt (10h), nous décidons d'enchainer avec le col du Tour Noir pour profiter de la bonne neige sur les pentes du glacier. Après 1500m de D+ à ces altitudes, nous rentrons au bivouac lessivés et nous passons l'après midi en mode repos sur un rocher parfaitement adapté à la sieste...
    Pour notre dernier jour dans ce coin de paradis, la plupart des pentes ont beaucoup chauffé. Nous décidons de tenter le col des Cristaux par sa face Nord Est. La montée est difficile avec un soleil qui tape fort dès le début de matinée. Nous arrivons en sueur sur une petite aiguille au dessus du col, et la descente est encore en super conditions. Première partie moquette transformée à souhait, et deuxième partie dans une neige encore poudreuse digne de la veille. Le timing aura été parfait, le ciel se couvre en fin de matinée et nous redescendons dans la civilisation des Grands Montets avec la satisfaction d'avoir fait les meilleurs choix.
    Pour résumer ce weekend, du grand ski dans des conditions proches de la perfection.

    Pièces jointes:

  14. Lire l'article
  15. 7 Avril 2012
    Pour ce weekend qui s'annonce bien gras, nous partons encore une fois en Maurienne avec des collègues de Manu. La montée de nuit le vendredi soir a été scabreuse avec une bonne couche de fraiche sur la route et une casse de chaines dans la montée, heureusement on a réussi à bricoler une réparation. Nous voilà donc arrivé à La Toussuire.
    Au petit matin, grand ciel bleu avec un bon 50 de fraiche ultra-légère comme on en voit rarement dans nos contrées. La station manque un peu de pente mais nos fats nous permettent de profiter des bords de pistes sans problème, alors que le plupart des hors-pistards sont tous plantés les spatules au fond ! Dès le début d'après-midi, les nuages arrivent et la température commence à monter, on aura pas eu le temps d'aller explorer les secteurs moins convoités du domaine, dommage. La neige alourdi, la visibilité baisse et nous avons même droit à quelques gouttes de pluie.

    Du coup, changement de spot pour aller voir si par chance ce serait conservé dans notre forêt fétiche et c'est le Jackpot : la profonde est encore là avec une portance parfaite, on trouve de belles barres cachées entre les arbres et on peut envoyer avec ce matelas... Nous découvrons de nouvelles ouvertures à chaque descente, ça se finit parfois en mode bucheron, mais on enchaine en peaufinant nos lignes dans cette magnifique forêt que nous commençons à bien connaître.

    Pièces jointes:

  16. Lire l'article
  17. 23 Février 2012
    Le weekend suivant, après un petit réchauffement et encore beaucoup de vent, nous partons pour une rando dans le nord de Belledonne avec des collègues de Manu
    L'approche sur la route en lacets est un peu longue, mais Fabien s'occupe de débroussailler entre les arbres pour faire des raccourcis.! Arrivés au dessus de la forêt, très belle ambiance et surprise, une petite couche fraiche sur certaines pentes alors que tous les sommets, cols et domes sont complètement vitrifiés. Il faut faire attention aux pièges mais en cherchant bien on trouve des zones encore parfaitement conservées... Le lendemain petite journée rando-station, nous partons en quête de faces nords et c'est encore une victoire, du très bon ski sauvage sur une neige douce bien qu'un peu irrégulières à cause des coulées récentes.
    (Merci à Fabien pour les photos !)

    http://www.chasseursdimages.com

    Pièces jointes:

  18. Lire l'article
  19. 23 Février 2012
    Comme on ne change pas une équipe de chasseurs qui gagne, nous repartons pour la Maurienne en ce début janvier bien froid et avec des reccords d'enneigement (contrairement au début de saison!).
    Pour le premier weekend de l'année, il est tombé gros avec beaucoup de vent, le risque est donc à son maximum. Direction notre spot sécurité favori, bien que la météo soit annoncée meilleure dans le sud.
    Il y a en effet une bonne couche et ça a beaucoup soufflé, on enchaine donc les runs tranquillement dans la forêt, toujours en recherche d'une première ligne et là aussi, on est rarement déçus ! Par contre les nuages auront joués avec nos nerfs tout le weekend, quelques éclaircies mais jamais très longues, à peine le temps de shooter..!
    Après les quelques bières classiques de l'après ski , dans un élan de motivation, nous ressortons faire quelques petits shoot de nuit avant d'arriver ski au pied devant la porte d'un restau mais aussi, devant le regard ahuri des quelques clients! Une bonne boustifaille plus tard, il est l'heure d'aller faire dodo dans nos camions pour récupérer de toutes ces émotions...

    Le weekend suivant, après un petit réchauffement et encore beaucoup de vent, nous partons pour une rando dans le nord de Belledonne avec des collègues de Manu... La suite dans le prochain article!

    http://www.chasseursdimages.com

    Pièces jointes:

  20. Lire l'article
  21. 5 Janvier 2012
    Après la grosse session du 18 décembre et les belles chutes du début de semaine, les premières éclaircies sont prévues pour jeudi après-midi. Branle-bas de combat, on pose le vendredi au dernier moment et on part pour Arêches où la neige est bien tombée.
    Les sommets sont magiquement plâtrés et la station est vierge de toutes traces. On enchaine les petits rides de proximité mais avec la chaleur la couche s'alourdit dès le début d'après-midi. Tant pis, on se défonce les jambes quand même jusqu'à la fin parce que ça reste bon à skier ! Le lendemain, 20cm viennent se déposer par dessus le tout et c'est le gavage total : enchainement de belles faces, la sous-couche est encore tendre à souhait et à l'air assez stable, on peut envoyer du gros ! Et comme cadeau de Noël, la dernière journée est magnifique avec l'ouverture de la Forclaz. Cependant, proche des cols les faces sont très chargées et dangereuses à traverser, il faut adapter l'itinéraire.
    Changement de spot, Manu avait repéré des pentes intéressantes le printemps dernier dans une vallée secrète de Maurienne, alors on tente le coup. Il fait froid et la neige est plutôt bien conservée malgré le vent des précédents jours. Le spot offre une face au nombre impressionnant de lignes, avec des départs pour la plupart un peu engagés et pelés par le vent. Du coup ça racle à l'entrée et on se lance dedans sous l'œil aguerri des pisteurs. Pour les fins de journées on se réserve un bel itinéraire qui retombe en fond de vallée à plusieurs kilomètres de la station. Un grand merci aux locaux (Franck, Manue, Tiffany) qui nous ont géré des courses et permis de prendre une douche pendant ces 3 jours.
    Après une journée de pause et un passage chez nos différents partenaires, nous partons cette fois à Samoens pour finir les vacances. Vendredi matin au réveil, un gros 30cm sur le rebord du balcon, ça sent la porcherie à plein nez ! Arrivés en haut il y a vraiment gros dans les endroits ouverts mais le risque élevé et la visibilité médiocre nous obligent à rester dans les sapins. C'est quand même très bons et effectivement ça part en plaques légères de partout : on s'amuse bien dans la forêt, protégée par les géants, en cherchant des lignes pas trop denses.
    Pour finir en beauté après la journée de pluie du 31 décembre et une soirée bien arrosée, quelques éclaircies sont annoncée pour le 1er alors on repart en espérant que le haut soit resté froid. Le réveil est dur mais on arrive quand même à se motiver. Sur place c'est le chaos, tout a été rincé jusqu'à plus de 2000m. On arrive à trouver quelques pentes pas trop mal le matin mais les faces sud s'alourdissent vite jusqu'à devenir in-skiables alors que les faces nord croutent, un bel échec pour la première de l'année !

    Plus d'images sur notre site : http://www.chasseursdimages.com

    Pièces jointes:

  22. Lire l'article
  23. 22 Décembre 2011
    Après un début de saison assez pauvre, notre chère cristalline est enfin arrivée en quantités appréciable, voir même en gros volume à partir de 2000m. En ce vendredi soir, le BRA annonce un risque 5 sur presque tous les massifs nord-alpins ! Avec une météo encore incertaine pour le weekend, il n’est pas question de viser des hauts sommets, ni même la moindre pente exposée au vent. Nous partons pour une petite station familiale comme on n'en fait qu'en Maurienne avec l’idée d’aller taquiner les sapins.
    Avec la neige annoncée en plaine dans la nuit et l’arrivée des vacanciers, il faut absolument partir vendredi soir malgré l'heure déjà bien avancée. A partir de Modane, la route est déjà blanche et nous devons mettre les chaines dans un froid glacialement venté ! Arrivé au centre de la station à 1h du mat' bien tapée, nous trouvons un parking souterrain parfait pour se garer et passer la nuit à l’abri du vent.
    Le lendemain, l’ambiance blanche est fort appréciable, mais le domaine est pour l’instant fermé à cause du risque d’avalanche et surtout, du manque de préparation. Nous patientons donc au bar avec quelques bières histoire de faire passer le temps. A midi, les remontées ouvrent enfin, mais uniquement sur la partie basse du domaine. Les premiers mètres de ride sont très bons mais à partir de 1800m, on découvre une grosse croute inskiable sous 10 pauvres cm de fraiche, déception !
    Après cette frustration, les pisteurs nous confirment que les remontées intermédiaires ouvrent bien demain, nous décidons donc de rester pour aller voir plus haut. Cette fois ce n’est plus la même, gavage dans 50cm à 1m de profonde juste légère à souhait et des lignes vierges dans tous les sens entre sapins et mélèzes. L’ambiance pillow et la qualité de la neige rappelleraient presque la canada !
    Cette grosse journée nous aura bien éclaté mais on est content d’avoir mal aux jambes, ça fait du bien de retrouver du vrai gras de porc alpin ! On finit par une petite galère de camion qui était prévue depuis la veille, la batterie est en panne… Heureusement il y a quand même un peu de passage dans cette petite station cosy !

    Plus de photos sur notre site, http://www.chasseursdimages.com

    Pièces jointes:

  24. Lire l'article
  25. 20 Décembre 2011
    Report weekend du 10 et 11/12/2011
    Après le faux départ de début novembre, la neige arrive enfin sur les sommets !
    Avec une limite pluie-neige encore un peu haute, nous optons pour Vaujany qui doit ouvrir ce weekend. Arrivés sur place, c'est un bel échec : le secteur de montfrais est fermé et uniquement les liaisons à l'alpes d'huez sont ouvertes, le tout pour un forfait tarif pleine saison ! Du coup, changement de planning, on part pour une rando direction le col du Sabot.
    Au parking de La Villette, la neige est là mais on sent que c’est la première couche... par contre en levant les yeux, les sommets ont l’air plutôt bien chargés. Le début se fait sur une neige béton type tôle ondulée (pluie+gel). Arrivé vers 2800, la neige devient fraichement poudreuse, bien qu’un peu travaillée par le vent. La fin de la montée de Cote Belle est un peu dure mais on se motive en pensant à la descente qui nous attend !
    Après une pause bien méritée, un dernier coup d’œil sur nos lignes respectives et c’est parti, la face est excellente à skier, le vent n’a finalement pas fait trop durci le manteau... Deuxième partie de descente sur une petite moquette juste décaillée à point, et une fin horrible sur la tôle encore gelée (au moins, pas de risque d’abimer les skis !).

    Le lendemain, comme toutes les stations de moyenne montagnes sont encore fermées, on se décide pour Val Thorens avec son accès rapide depuis Orelle. À peine 9h et il y a déjà un monde fou pour choper les forfaits, on se croirait dans un centre commercial ! Pas moins de 45 minutes d'attente, on est un peu sur les nerfs mais la pression redescend vite avec l'altitude...
    Comme à son habitude, une bonne partie du domaine est pelé par le vent, il va falloir chercher ! Rapide tour d'horizon et on se rend vite compte que la plupart des accès aux sommets intéressants sont fermés. Tant pis, on sort les peaux et on trace jusqu'au col de Thorens pour rejoindre le glacier du Bouchet. Derrière le col, on se croirait seuls au milieu des glaciers, alors que nous sommes en fait juste en haut de la station. La descente est sympa mais pas à la hauteur de nos espérances, il faut vraiment chercher pour trouver des zones de neige tendre pas trop plaquée par le vent.
    C'était quand même un bonne journée, la sous-couche est là, il y a plus qu'à attendre la prochain perturbation...!

    Pièces jointes:

  26. Lire l'article
  27. 6 Décembre 2011
    CR du Samedi 26 novembre 2011
    Après une longue route, nous arrivons samedi soir sur Val d'Isère. À première vue pas grand monde dans la station...
    Après une longue route, nous arrivons samedi soir sur Val d'Isère vers 23h bien tapé !
    À première vue pas grand monde dans la station. Malgré cette faible affluence, nous découvrons avec effroi que tous les parkings sont payants : n'étant pas vraiment habitués aux usines à skis, cela nous choque!

    Après une petite traversée du centre ville, nous nous rendons compte qu'il y a finalement pas mal de monde du fait du ski-test qui se passe dans la station ce week-end.
    Grâce à l'absence total de neige sur les bords de route, nous trouvons finalement un endroit où garer le camion et passer la nuit.... Fin novembre et toujours rien jusqu'à 2500, elle commence à se faire désirer !
    Notre fatigue de la veille nous incite à ne pas craquer pour aller faire la fête avec les ski-testeurs et les touristes étrangers déjà bien imbibés. Demain matin, on tente l'ouverture !!

    Réveil un peu difficile, une grosse demi-heure de rame et c'est parti, on va voir ce qu'il se passe là haut. Finalement l'ambiance est relativement blanche et la neige plutôt sympa à skier. On se chauffe les cuissots sur les pistes puis direction le glacier du Pissaillas avec l'idée de trouver un petit ride à se mettre sous la dent. Certains secteurs sur les bords de pistes sont encore bien conservés (merci l'altitude) et nous en profitons pour faire quelques shoots de proximité, histoire de dérouiller l'appareil photo et voir ce que rendent mes nouvelles couleurs Vertical.!
    Avant de redescendre, on s’arrête au ski-test sur le stand de notre partenaire ski, histoire de discuter un peu des projets de la saison. Elan annonce de belles nouveautés, notamment un Ski orienté Rando-Freeride développé par Glen Plake himself !

    Après une méga dernière descente en télésiège, nous tombons sur un incendie qui s'est déclaré dans un restaurant au pied des pistes. Les pompiers sont à pied d’œuvre alors qu'une palanquée de gendarmes observe la scène les bras croisés en discutant tranquillement...

    Au final, une bonne petite journée pour se mettre en jambe, on est impatients de voir arriver la suite... Mais ça semble en bonne voie avec les récentes précipitations !

    Texte : Manu Ribera – Photos : Sylvain Barneron
    http://www.chasseursdimages.com/

    Pièces jointes:

  28. Lire l'article