1. Ce site utilise des "témoins de connexion" (cookies) conformes aux textes de l'Union Européenne. Continuer à naviguer sur nos pages vaut acceptation de notre règlement en la matière. En savoir plus.
Color
Background color
Background image
Border Color
Font Type
Font Size
  1. 22 Avril 2015
    La Haute-Route, voie mythique entre 2 villes mythiques, vient clore en beauté la saison de Ski de Rando. Voici la suite et fin de la semaine!

    4ème Jour:

    Une journée pas facile en perspective aujourd'hui. On part très tôt le matin, à la lueur des frontales, pour l’ascension du Col des Roux, qui fait office de bon échauffement (2804m). On longe ensuite le vallon de Sovereu, pour continuer une longue traversée éprouvante le long du lac des Dix. Les coulées bien glacées avec nos skis "légers" rendent la progression pénible.

    Arrivés au Pas du Chat, on apprécie de remettre les peaux et de ré attaquer la montée, dans une luminosité magique.
    IMG_3680.JPG
    Le soleil de cette journée tape fort et nous coupe un peu les jambes, mais nous finissons par apercevoir la Cabane des Dix. Une petite pause pique-nique sera ensuite ponctuée d'une bonne petite sieste, sous le soleil.

    Nous décidons de profiter d'une dernière session dans cette journée au profil particulier, avec une ultime ascension sur le Glacier de la Luette, environ 600m depuis la Cabane des Dix.
    IMG_3700.JPG
    Ascension sur le glacier de la Luette
    Les pentes sont incroyables à descendre, et chacun apprécie de faire "sa" trace dans cette belle poudreuse. Arrivée à la Cabane des Dix pour une collation et une bière bien méritée.

    5ème jour: Cabane des Dix --> Cabane des Vignettes
    La nuit a été bonne et il faut croire que la fatigue commence à s'accumuler.
    On attaque la montée dans d'incroyables paysages, entourés de glaciers, avec notamment le passage de la Serpentine.
    IMG_3728.JPG
    Le fameux passage de la Serpentine
    Nous aurons également l'occasion de remettre les crampons dans une partie bien raide et exposée de ce passage.On enchaine ensuite avec l’ascension du Pigne d'Arrola, le point culminant de la Haute Route (3790m). Un des seuls moments de la semaine ou les nuages viendront nous taquiner...
    IMG_3752.JPG
    Sommet du Pigne d'Arrola

    On attaque la descente jusqu'au Col 3730 puis jusqu'à la Cabane des Vignettes, construite au bord d'une falaise: IMPRESSIONNANT.
    IMG_3765.JPG
    La cabane des Vignettes...pour dormir à flanc de falaise
    Une très très belle étape, assez courte finalement. Mais la longue après-midi va nous permettre de tester les nombreux jeux de société du refuge, avant de profiter de notre dernière soirée en altitude!

    6ème et dernière étape: Cabane des Vignettes --> Zermatt
    Aujourd'hui on est à la fois triste (c'est bientôt terminé) et heureux (on va bientôt pouvoir se doucher).
    Au programme: 3 cols et près de 1200m de dénivelé nous attendent, il ne faut pas traîner.

    Encore une temps magnifique au programme (il a neigé toute l'après-midi de la veille), et déjà de belles couleurs viennent magnifier les sommets. On passe le Col de Charmotanne puis on attaque la remontée matinale vers le Col de l'Evêque. Petite descente avant d'attaquer un plat sur le haut glacier d'Arolla, puis la montée technique et raide du Col du Mont Brulé.
    Mini-pause photos, avant d'attaquer la dernière "longue" difficulté de la journée. La montée au Col de Valpelline est effectivement longue, et le paysage défile doucement. On met le cerveau hors connexion pour faire défiler le temps plus vite.
    Mais la récompense arrive finalement, avec une vue incroyable sur le Cervin. Paysage 5 étoiles pour un pique-nique bien mérité.
    IMG_3853.JPG
    Observez bien l'invité surprise au sommet du Cervin
    On attaque la dernière descente du séjour. Incroyable mélange de séracs et de crevasses, on mesure la chance d'évoluer dans un tel décor.
    IMG_3855.JPG

    IMG_3886.JPG
    Ski Paradise
    Jonathan, notre guide, nous rappelle à la prudence, dans certaines pentes exposées aux seracs, où il ne faut pas traîner.

    Après avoir bien poussé sur les bâtons, et un bref passage sur les pistes de ski de Zermatt, nous arrivons enfin au but de notre Raid! Et il est très bizarre de retrouver la civilisation, surtout dans cette ville si "atypique" qu'est Zermatt.
    Nous levons une dernière fois le coude face au Cervin, avant de prendre notre taxi retour pour Chamonix.

    IMG_3897.JPG
    Un Raid mythique pour un sommet mythique

    Un grand merci à notre guide Jonathan, ainsi qu'à toute l'équipe pour cette semaine qui restera un souvenir exceptionnel, au cœur des Alpes Franco-Suisses.

    Voir le récit des 3 premiers jours

    Clément

    Pièces jointes:

  2. Lire l'article
  3. 20 Avril 2015
    Un projet monté depuis quelques mois. Et enfin, on y est: Cham-Zermat. La Haute-Route, voie mythique entre 2 villes mythques, vient clore en beauté la saison de Ski de Rando.

    1er Jour:
    Avec un groupe de 7 amis, et accompagné de Jonathan Joly, guide de Haute Montagne et ambassadeur Vertical, nous nous retrouvons à Argentière, sur le parking des Grands Montets. Un point matos puis direction le téléphérique pour notre 1ère étape.
    IMG_3389.JPG
    Depuis le sommet de l'aiguille des Grands Montets, nous attaquons avec une "mise en jambe" avec seulement 200md+ et 700 mètres de descente qui nous attends. Nous plongeons donc en direction du glacier d'Argentière, avant de mettre les peaux pour la première fois, en direction du refuge d'Argentière (2771m).
    IMG_3409.JPG
    Arrivée au refuge d'Argentière
    On se met directement dans le rythme Rando, avec un repas pris à 19h, puis un coucher tôt pour anticiper la fatigue des jours à venir.


    2ème jour:
    Départ du refuge d'Argentière dans le froid du petit matin. Nous redescendons légèrement le glacier d'Argentière par la trace empruntée la veille, pour attaquer la montée du Col de Chardonnet, splendide!
    IMG_3455.JPG
    Ambiance "ventée" au col du Chardonnet
    Le col ne se redescendant pas à ski, notre guide met en place un rappel pour attaquer ce couloir à 55°, long de 85m environ.
    IMG_3458.JPG

    Après une séance photos "montagne engagée", nous prenons pied sur le glacier de Saleina. Nous prenons la direction de la fenêtre de Saleina, accessible après un passage raide, et sous un soleil de plomb. Les bouteilles d'eau et les crème indices 50 sont de sortie.

    IMG_3492.JPG
    Fenêtre de Saleina, skis sur le sac
    Une pause bien méritée nous permet de nous restaurer, tout en observant des avions skier sur le glacier du Trient, en face de nous.

    Un beau dénivelé négatif récompense tout nos efforts, avant d'attaquer la dernière difficulté de la journée: Le col des Ecandies. On met à nouveau les skis sur le sac, pour attaquer cette montée équipée de corde, bien technique.

    Du sommet du col, on bascule pour descendre la belle combe des Ecandies puis le Val d'Arpette, et la très très belle poudreuse vient récompenser cette 2ème journée de Raid. Les pintes, les jeux de carte et la séance bronzette du Refuge du Val d'Arpette sont plus qu'appréciés!


    3ème jour:
    Après une nuit rythmée par un sommeil profond, animé par quelques ronflemments, l'étape du jour va nous amener du Refuge du Val d'Arpette, jusqu'à la Cabane de Prafleuri.
    Avec encore un temps et un soleil à faire pâlir les collègues restés au boulot, on attaque la descente sur la piste de ski jusqu'au télésiège de la Breya, près de Champex, Nous rejoignons alors la station de Verbier-Le Châble en taxi.
    Après 3 longues remontées mécaniques et l'arrivée au Col des Gentianes, on traverse une coulée bien verglacée qui
    nous permet de tester la solidité des skis et des fixations.On met ensuite les peaux pour rejoindre le Col de la Chaux, avec un rythme bien régulier. On enchaîne ensuite les cols au milieu de ces paysages de Haute Montagne: Lac du petit Mont-Fort, Col de Momin, Glacier du Grand Désert.

    IMG_3576.JPG IMG_3587.JPG
    Déjà, une vue splendide sur le Cervin, le but de notre Raid!

    IMG_3599.JPG IMG_3604.JPG
    Nous finissons cette longue ascencion par le sommet de RosaBlanche, qui sera l'occasion de tester le bon fonctionnement des crampons. Ambiance alpinisme garantie!

    IMG_3570.JPG
    Ascension de RosaBlanche

    Epilogue de cette 3ème journée, et belle récompense pour notre groupe composé davantage de "descendeurs", la plongée sur le glacier de Prafleuri sur de belles pentes poudreuses. Nous atteignons la Cabane de Prafleuri, où l'apéro ensoleillé durera jusqu'à l'heure du repas.

    Jours 4 , 5 et 6 à suivre!
  4. Lire l'article
  5. 23 Juillet 2013
    La vie est faite d’opportunités qu’il faut savoir saisir. C’est en partant de ce principe que j’ai pu réaliser un vieux rêve : Monter au sommet du Mont-Blanc.
    Il y a 3 semaines, on m’annonce que je peux rejoindre les cordées de début Juillet, suite au désistement d’une des personnes initialement prévues. En clair, je n’ai pas le temps de réfléchir, et tout juste 48h pour prendre une décision.

    Décision compliquée à prendre. Vais-je être prêt ? Sans aucune préparation spécifique ? Aucun stage en haute altitude ? De plus, l’emploi du temps sportif des jours précédents l’expédition est pour ainsi dire bien rempli. Mais qu’importe la raison, pourvu qu’il y ait la motivation. Je donne donc mon accord pour cette aventure.

    Lundi 8 Juillet : 3 semaines plus tard donc, nous voilà à St-Gervais, à la gare du Tramway du Mt-Blanc, lieu de départ de notre ascension, sous un beau soleil d’été.
    Cela commence tranquillement, puisque nous gagnons le refuge du Nid d’Aigle via ce Tramway, en 1h30, déjà dans l’ambiance.
    Le 1er à nous accueillir arrivés au Nid d’Aigle, c’est l’orage. Aïe. Nous nous abritons au refuge du Nid d’Aigle, en attendant que ça passe. 1h passe, puis 1h30. Une accalmie et on se décide vite à en profiter pour effectuer les 2 heures de marche jusqu’au refuge de Tête rousse.

    Une petite éclaircie nous fait déjà profiter d’une vue exceptionnelle sur l’Aiguille du midi, qui n’a jamais semblé si proche. Arrivée au refuge de tête Rousse à 19h30, avec un peu de retard sur l’horaire initialement prévue, mais suffisamment tôt pour profiter d’un bon 1er repas à 3100m d’altitude.

    Jour 2 : Nous attendons 10h du matin, heure à laquelle doivent nous rejoindre notre 2 guides, Jérôme et Jonathan. J’ai la chance de connaitre ce dernier puisqu’ambassadeur Vertical depuis plus d’un an. Notre cordée de 3 se fera avec Jérôme, ma sœur et moi.

    Le but du jour, c’est de rejoindre le refuge du Goûter à plus de 3800m d’altitude, et à vue depuis tête Rousse. Encordés, les crampons mis, nous attaquons alors cet éperon rocheux, avec quelques passages techniques, où il faut être vigilants, notamment à cause des chutes de pierres. A certains endroits, il est difficile de croiser les cordées descendantes. La fin de cette partie est équipée de câbles qui aident à la progression. Au bout d’un peu plus de 2 h, arrivée à l’ancien refuge du goûter, qui sera bientôt détruit. Puis une petite arrête nous amènera au tout récent refuge, ouvert un mois auparavant. Un grand privilège de découvrir ce lieu moderne, magnifique et très confortable, et offrant une vue à couper le souffle.
    Une première sieste, avant le repas à 18h, puis coucher tôt à 21h pour « tenter » de trouver le sommeil. Il faut chaud dans le refuge, mais j’arrive tout de même à dormir.

    Jour 3 : 2h du matin, Jour J. Le Petit déjeuner est pris rapidement, avant d’aller nous équiper. C’est un peu la cohue et un petit stress se créé. Chacun veut se préparer et la taille modeste du vestiaire pour tous ces alpinistes n’est pas optimale. Mais à force de volonté et de faufilage, on sort enfin sous la nuit étoilée.

    Sensations fabuleuses que de marcher en pleine nuit. On ne réfléchit pas, on se contente d’avancer machinalement, à la vue de la longue guirlande de frontales (ça doit ressembler à ça la Sainté-Lyon)
    Je ne vois pas passer le temps. jusqu’au refuge Vallot, à 4300 mètres d’altitude. Nous rentrons dans ce refuge de secours, finalement un peu transformé en grande poubelle. Quelques polonais ont élu domicile ici pour passer la nuit. Moment surréaliste!

    Nous ne traînons, il reste du chemin. Le lever de soleil est merveilleux, et je mesure ma chance d’être là. On arrive alors à quelques passages d'arrêtes (dont l’arrête des bosses) assez impressionnantes et raides. Moment un peu compliqué, mais je gère et prend sur moi, en essayant de focaliser mon attention sur la personne qui me précède.
    Je n’ai aucun problème lié à l’altitude, une légère appréhension du vide simplement. Il reste 200mètres de dénivelé, 100m, 50m….. On y est les derniers mètres sont une vraie émotion. Nous sommes sur le toit de l’Europe, au sommet du Mont Blanc. Tous les sourires que je vois alors suffisent à retirer toute la fatigue et la douleur accumulées. La paysage également, car même les plus hauts sommets des Alpes me semblent d’un coup tout petits, et la vue panoramique à couper le souffle. On profite à fond. Un moment parfait !

    Il est temps de redescendre (déjà) mais les arrêtes passent bizarrement mieux qu’à la montée. On arrive au Goûter, petite pause. Puis descente du goûter jusque tête Rousse, sous un beau soleil. La fatigue se fait automatiquement sentir, et il faut rester attentif dans ces passages accidentés. Cette fois, c’est moi qui suis devant, et qui ouvre la voie. Pas toujours facile de la trouver d'ailleurs.
    Arrivée à tête rousse, nous choisissons l’option « toboggan sur les névés » pour regagner le Nid d’Aigle. Et voilà la fin d’une belle aventure de 3 jours, au bout de l’effort, et après beaucoup d’émotions. La bière à Saint-Gervais sera plus qu’appréciée.

    Merci aux 2 guides, Jérôme et Jonathan, et à mes 3 compagnons de cordée, Tania, Audrey et Simon, pour ce moment d’alpinisme exceptionnel. Cette course restera un grand moment.

    Et lors de ma venue à Chamonix fin Août à pour le Salon de l’ultra-Trail, et pour toutes les autres fois où je verrai le Mont-Blanc, je pourrai me dire : j’y étais !

    Pièces jointes:

  6. Lire l'article
  7. 25 Février 2013
    Une petite vidéo réalisée par François LESCA lors de ma venue en Auvergne.
    Dans des conditions "humides"



    Une super occasion de tester la veste Sirini et sa membrane MP+, permettant de rester au sec toute la journée.
    Merci à François pour son super accueil chez lui, et la bonne Truffade.

    Et pour voir le reportage sur France 3 cliquez ici: http://alpes.france3.fr/emissions/enquetes-de-regions-rhone-alpes. Le reportage sur le Sancy commence à 41min 30sec.

    Pièces jointes:

  8. Lire l'article
  9. 6 Février 2013
    Profitant d'un week-end à Clermont-Ferrand, je retrouve François LESCA, Ambassadeur Vertical, en Auvergne, pour découvrir le massif du Sancy.
    La veille, c'est autour d'une excellente Truffade (spécialité Auvergnate) préparée par ses soins que nous nous retrouvons. Devant quelques images/vidéos, je découvre avec plaisir les pentes que nous allons skier le lendemain. De beaux couloirs accessibles par un téléphérique, et qui permettent d'effectuer des dénivelés très sympathiques. Allez on se couche pas trop tard, la journée va être intense.

    Le lendemain, départ donc pour le Mont Dore, où nous avons rendez-vous avec une équipe de journalistes qui tournent un reportage sur le massif du Sancy. L'aspect sportif et le ski de Rando y sont bien sûr évoqués. Le matin, c'est donc avec les peaux, et sous l’œil des caméras que je découvre avec plaisir le massif. Exercice de conversions dans des conditions de visibilité malgré tout moyennes.

    Après un bon repas partagé, c'est sur les différents couloirs que nous partons l'après-midi avec François, et Nico, un ami venu nous rejoindre. Je suis bien attentif à ces itinéraires assez raides où la chute est interdite.


    {Crédit photo François LESCA}

    Quelques images à la Go Pro dans ces très beaux vallons. Ce massif que je ne connaissais pas offre des possibilités incroyables de ski Hors Piste. Et à défaut de voir clairement les paysages, je découvre la technicité de ces couloirs.

    Après cette belle journée, retour le soir sur Clermont, sur les routes enneigées d'Auvergne.

    Je tiens à remercier chaleureusement mon Guide de la journée, François LESCA, qui m'a emmené sur son terrain de jeu, et m'a donné envie de revenir avec un grand plaisir... sur les pentes Auvergnates.

    Plus d'infos ici:
    http://live.auvergne-tourisme.info/

    Pièces jointes:

  10. Lire l'article
  11. 9 Janvier 2013
    Samedi 29 Décembre, la dernière sortie de 2012. Et c'est en haute-savoie que le rendez-vous est donné, plus particulièrement la commune de Manigod (La Clusaz)
    Départ donc du lieu dit "Sous l"Aiguille". Les 1ères traces se font dans la forêt, dans un itinéraire bien tracé. C'est agréable et cela permet de s'échauffer tranquillement. Ensuite, s'ouvre un grand cirque blanc magnifique, où l'on aperçoit la dizaine de randonneurs qui nous précèdent.

    On constate qu'il y a eu plusieurs coulées récemment. Devenues des amas de blocs gelés, elles rendent la progression difficile... et acrobatique.
    Rapidement, on aperçoit notre objectif, la pointe de la Mandalaz.

    Le vent est assez important et les traces disparaissent vite. Nous continuons notre progression sous ce soleil radieux. Nous arrivons au sommet qui nous offre un panorama fabuleux sur la chaîne des Aravis, et le Mont Blanc.

    Nous ne traînons pas là-haut, car la température corporelle descend assez vite après un effort intense. On remet donc les peaux et c'est parti pour la descente.

    Quelques passages sympas au début, mais assez vite la neige est soufflée et dure. Pas de miracle avec les températures élevées des derniers jours. La traversée des coulées en descente sera un moment d'autant plus folklorique.

    Arrivée aux voitures à la tombée de la nuit.
    Une sortie sympathique pour finir 2012.

    La sortie en chiffres: 3h30, 700md+.
    Départ: Sous l'Aiguiille
    Sommet: Pointe de la Mandalaz (74)

    Pièces jointes:

  12. Lire l'article
  13. 3 Décembre 2012
    Ce week-end, direction Val d’Isère pour le Ski Force Winter Tour.
    Cette opération 1ères traces est l’occasion de tester les différentes marques de ski et se faire une petite idée du matériel actuel. Et décidément, on constate que les planches sont vraiment de plus en plus larges, à tel point que l’on se demande où cela va s’arrêter.

    Premier jour au top, avec de belles conditions, notamment sur le glacier (à 3100m d‘altitude environ), où l’on peut encore faire sa trace (même si les domaines sont désormais tracés en une ½ journée). Agréable de renouer avec des sensations de glisse après la longue pause estivale. Le soir même, j’ai une pensée pour les coureurs de la Sainté-Lyon qui prennent le départ le soir même à minuit, dans des conditions climatiques que j’imagine très froides.

    2ème jour, on retourne sur les pistes, mais c’est une journée moins agréable qui nous attend. Brouillard, neige, froid, auxquels viendra s’ajouter le vent, où quand on se perd dans le grand blanc. Une belle tempête en somme, où la motivation doit être grande pour continuer. En début d’après-midi, nous décidons de rentrer, la visibilité ne permettant pas de skier « à sa main ».

    En conclusion, la neige est vraiment là en ce début de saison. Il n’en manque pas. Et au moment où j’écris ces quelques lignes, je vois par la fenêtre qu’elle tombe encore en Chartreuse, qui est décidément très gâtée. YES !

    Pièces jointes:

  14. Lire l'article
  15. 19 Novembre 2012
    Ce Samedi, direction la Suisse, et plus précisément Martigny (à environ 1h de Chamonix) pour découvrir le Slide & Sound Festival. Projections de films dédiés au sport de glisse, à l’aventure et à la montagne, Démos de VTT, Breakdance, Escalade, et concerts, voilà le cocktail de ce Festival pour les fans de sport et de musique.
    Je m’y rends donc le 2ème jour, et découvre des films vraiment intéressants, avec de superbes images, et en marge des standards actuels du film de glisse. Au programme :

    -Blocz, reportage sur la difficulté et l’intensité de la pratique du Bloc

    - White Noise, reportage qui suit Xavier Delerue dans ses exploits de Snowboard, sur les pentes de Suisse et de France

    - Escalade encore avec LA COMBINAZIONE, l’histoire fabuleuse de François NICOLE, et d’un enchainement extrêmement difficile de 3 voies d’escalade du secteur de St-Triphon (finissant par un passage en 9a). Moment d’émotion aussi, lors de l’évocation du décès la veille de Patric Eldinger, et pensée pour ce grand monsieur de l’escalade.

    - On enchaîne ensuite avec les chasseurs d’Adrénaline, un film qui donne le vertige : I believe I can Fly. L’histoire de 2 base jumpers et highliners incroyables, que l’on suit en France jusqu’en Norvège, dans leurs quête de sensations fortes.

    - L’avant dernière projection retrace l’aventure des Frères Falquet, qui nous offrent de splendides images autour de « leur Secret Spot» qui les a vu grandir, la vallée du Trient.

    - Enfin, on termine avec A Few Words, le film de Candide THOVEZ diffusé en avant première. 2 ans de tournage qui retracent la vie et les exploits de ce skieur d’exception.

    Après ces 4h de projection, de nombreux concerts sont proposés pour aller jusqu’au bout de la nuit.

    En tout les cas, ce Festival dont je ne connaissais pas l’existence est une agréable découverte. Et je le conseille vivement à tous les passionnées de sport de glisse et de montagne.

    Plus d’infos sur www.slideandsound.ch

    Pièces jointes:

  16. Lire l'article
  17. 28 Août 2012
    Ce Dimanche 26 août, c’est parti pour Chamrousse, avec l’objectif de faire l’une des 2 Via Ferrata proposées par la station.
    Le choix se porte sur celle des 3 Fontaines, constituée de 3 tronçons, 2 échappatoires possibles donc. Sur le parcours, un pont de singe et un pont népalais. L’autre Via Ferrata est celle des lacs Robert, et notée comme un peu plus difficile.
    Pour nous y rendre, nous faisons l’impasse sur le télécabine, et décidons d’emprunter le sentier de la Croix, environ 2h de montée. Le départ de la Via est située à l’arrivée du Télécabine.

    Au final, une via Ferrata vraiment accessible et ludique, malgré quelques passages un peu « Alpins ». La durée du parcours est de 1h à 1h30.

    Un bel itinéraire pour découvrir la discipline, à condition bien sûr, de s’équiper du matériel obligatoire, et de bien se renseigner sur les conditions météos avant d’y aller. La sécurité avant tout.

    Retrouvez plus d’informations sur les 2 via Ferrata de Chamrousse:
    http://www.chamrousse.info/page10.html

    Pièces jointes:

  18. Lire l'article
  19. 15 Avril 2012
    En ce début Avril, direction le domaine de la Grave pour la 24ème édition du Derby de la Meije. Plus de 1100 coureurs sont attendus sur cet événement dont le succès ne se dément pas d’année en année.

    La Meije au petit matin, magnifique

    L’objectif : descendre le plus vite possible environ 2000 mètres de dénivelé négatif, que ce soit à ski, en snowboard, en monoski, en télémark ou tout autre engin susceptible de dévaler une pente enneigée. Après une phase de repérage le Jeudi, le départ est donné le vendredi matin par vagues de 10 coureurs, à environ 3600mètres d’altitude.


    L’ambiance au départ, le stress monte

    Sur un parcours un peu raccourci cette année, du à un manque de neige assez conséquent en bas du domaine, les premiers mettront un peu plus de 3min. (3min06sec exactement pour le vainqueur, Nicolas Anthonioz). Une vraie performance physique, mais surtout mentale pour skier à environ 90km dans des champs de bosses.
    Pour ma part, je signe un temps de 6min32sec, soit 133ème sur 587 skieurs hommes. Et avec encore une fois les cuisses qui ont chauffé. Une descente vraiment intense, avec le fameux passage de la motrice devenue une langue de terre après le passage de tous les coureurs.

    A l’année prochaine pour une 25ème édition, toujours placée sous le signe de la convivialité et de la bonne humeur.

    Clément

    Pièces jointes:

  20. Lire l'article
  21. 13 Mars 2012
    Ce week-end, le rendez-vous est pris à Lenk, en Suisse (dans l’Oberland Bernois) pour 2 jours au cœur de l’armée. C’est la 50ème édition des journées Suisse de Randonnée à Ski en Montagne. Un grand évènement qui rassemble militaires et civils, sur 2 parcours d’environ 15 kilomètres chacun.
    Vendredi soir, arrivée dans le camp et installation.

    Jour 1 :
    Réveil très matinal de rigueur, à 5H du matin pour cette 1ère journée. Nous rallions le point de départ en Camions militaires. De vrais petits soldats.

    Après une 1ère montée dans les bois assez monotone où il faut parfois enlever les skis, nous arrivons dans un grand espace ouvert qui nous permet d’apprécier les 1ers rayons de soleil. Sympa de croiser quelques membres de l’armée.
    Le 1er Ravitaillement est bien appréciable et il nous reste une petite côte avant d’attaquer la descente, dans de supers conditions d’enneigement. La présence d’un petit vent frais me permet de bien apprécier le Veste Vertical Santi qui me protège parfaitement.

    Une descente très sauvage, très agréable avec en prime un peu de ski de printemps en bas.

    La sortie en Chiffres : 500 Md+, Boucle 4h.

    L’après-midi même, nous utiliserons l’énergie qu’il nous reste dans les jambes pour faire un peu de ski Alpin sur le domaine skiable de Lenk. Le soir même, le sommeil ne sera pas très long à venir

    Jour 2 :
    Réveil 4h50, histoire de bien nous rappeler où l’on est. C’est aujourd’hui la « grosse » randonnée, avec au programme environ 1100md+.

    Contrairement à la veille, la montée est un peu plus raide et l’échauffement se fait rapidement. L’exercice de ce matin est également composés de minis descentes qu’il faut effectuer avec les peaux, et les talons libres. Pas de priorité au style dans ces moments là ! Au bout d’1h30 d’efforts, arrivée au 1er ravitaillement et arrivée du soleil. Spectacle magnifique.

    Nous enchainons la montée dans de grands espaces ouverts. La chaleur soudaine m’oblige à enlever quelques couches, et de maintenir le rythme effréné de ceux présents avec moi, avant d’arriver au 2ème ravito. Un dernier effort pour avaler les derniers 200 mètres de dénivelé nous permet d’arriver au sommet, avec là encore, un vent très important.

    La descente est une légère frustration car effectuée sur les pistes. En effet, le parcours a été modifié par les organisateurs, la forte chaleur favorisant les départ de coulées sur l’itinéraire initialement prévu. Sécurité avant tout. Mais les belles conditions de neige sont tout de même appréciables, c'est la récompense d’un bel effort.

    La sortie en Chiffres : 1100Md+, Boucle 4h30.

    Une super week-end en tout les cas, pour 2 jours d’effort, pour un dépaysement total.

    {{Rendez-vous en 2013 ! }}

    Pièces jointes:

  22. Lire l'article
  23. 22 Janvier 2012
    Samedi matin. Il est 8h, St-Pierre s’éveille !
    Profitant de la grosse chute de neige de la veille, le rendez-vous est pris avec 2 collègues au pied du télécabine des Essarts. Contrairement aux prévisions météo, le ciel bleu est là et la visibilité excellente.

    L’ascension dévoile un paysage exceptionnel. Une vue panoramique sur Chamechaude, le Grand Som, le Charmant Som recouverts d’un beau manteau blanc.

    Des supers conditions permettant de se faire plaisir sur l’ensemble du domaine de St-Pierre et du Planolet. Je découvre de beaux hors pistes permettant de faire « sa » trace.

    Cet hiver 2011-2012 est jusqu’à présent généreux et l’or blanc est bel et bien présent en Chartreuse. Et même à 1000mètres d’altitude, c’est du bonheur en poudre !

    Clément - Responsable de la Communauté Vertical

    Pièces jointes:

  24. Lire l'article
  25. 13 Décembre 2011
    Ce dimanche, direction les Saisies pour l’une des 1ères sorties de l’hiver. En ce début de saison la station organise le Nordic’ Festival…une immersion dans l’esprit du Grand Nord.

    Un village de trappeurs est ainsi reconstitué au cœur de la station. Avec eux, il est possible de découvrir plus vrai que nature les armes de l’époque, les habitats, les manières de se nourrir et de vivre de ses habitants du Grand Nord, au début du 19ème siècle.

    Au programme également, la découverte d’activités sportives et la présence de chiens de traîneaux, pour faire découvrir aux plus jeunes les joies du mushing.
    Une belle initiative de la station pour cette journée entre Histoire et voyages.

    Ce dimanche 11 Décembre sera aussi l’occasion de faire un peu de ski de fond, et d'engendrer les 1ers kilomètres de la saison…en attendant la suite !

    Pièces jointes:

  26. Lire l'article