1. Ce site utilise des "témoins de connexion" (cookies) conformes aux textes de l'Union Européenne. Continuer à naviguer sur nos pages vaut acceptation de notre règlement en la matière. En savoir plus.
Color
Background color
Background image
Border Color
Font Type
Font Size
  1. 30 Mars 2017 à 14:17
    Un peu déçu de ma dernière sortie au Taillefer samedi passé, je profite de ma matinée du jeudi, dont je peux profiter.

    Un p'tit mail à Christophe, et nous nous retrouvons en vallée à 8h00. A 8h40, nous sommes à pied d'oeuvre, avec un parking exactement au même endroit que samedi passé, à 1600m d'altitude.

    Il y a un peu d'air (le vent du sud annoncé pour demain commence à se faire sentir), mais rien de gênant, et nous profitons pleinement de notre montée, majoritairement réalisée au soleil.
    Cette fois, je peux prendre le temps de faire des photos au dessus du Pas de la Mine !

    La neige est de la neige de printemps (comme disaient les anciens), sauf dans la dernière pente, où on retrouve un peu de neige froide posée sur une vieille couche gelée.

    Au sommet (2857m), j'utilise le ski d'un randonneur présent pour faire un comparatif avec ce que j'ai aux pieds. Mon ski Vertical fait 65mm au patin, et l'autre fait 88mm. Quant au poids, on n'en parle pas !

    Belle descente en neige revenue ou encore un peu dure (on est monté trop vite....), pour un aller-retour bouclé en 2h30 en prenant le temps de papoter tout le long.
    Pour info, en gagnant 300g par pied (changement de ski), j'ai gagné environ 150 m/h en vitesse de montée pour un même rythme cardiaque.

    Rendez vous au mois d'avril pour la suite de la saison (le week end prochain est annoncé assez moche....)

    Pièces jointes:

    Serge D. (FRA 018) aime votre message.
  2. Lire l'article
  3. 25 Mars 2017 à 16:21
    Grosse motivation ce matin : réveil à 4h23 un peu avant l'heure prévue, pas de fatigue, plein d'étoiles dans le ciel, et température tip top (4°C à 700m à la maison).

    Direction le Taillefer (2857m), où j'aime aller skier au moins une fois dans l'année.
    Bonne surprise en arrivant : on monte jusque vers 1600m en voiture, et on chausse dès le départ.

    Regel moyen en forêt, mais très bon ensuite, avec en prime 2-3cm de neige posés la veille. Comme je suis là de bonne heure, je profite de la montagne pour moi tout seul.

    La suite est moins bucolique : dès que je sors du vallon et rejoins le plateau de la crête de Brouffier, un vent infernal me cingle. J'ai mal aux yeux malgré les lunettes, les oreilles bourdonnent, et j'ai froid.
    Pas assez pour mettre une veste, d'autant plus que j'adapte mon itinéraire par rapport à ce qui se pratique classiquement. Je trouve un vallon abrité jusqu'au pied du Pas de la Mine (2470m).

    Là, je vois les grains de neige qui volent, et je retrouve le grand ventilateur. Fait rare (même très rare !), je mets ma veste pour continuer et finalement rejoindre le sommet du Taillefer, non sans avoir pensé rebrousser chemin plusieurs fois.
    La descente est infecte : le vent a empêché la neige de ramollir, et seuls les 300m sous la crête de Brouffier seront agréables à skier.

    Tant pis pour cette fois ; on reviendra !

    Pour info, les photos ont toutes été prises à la montée, avant le Pas de la Mine... Le reste de l'itinéraire était un peu trop soumis au vent pour que je me décide à sortir l'appareil photo !

    Pièces jointes:

  4. Lire l'article
  5. 12 Mars 2017
    Un peu juste en temps disponible ce matin.
    Creusage de méninge pour intégrer les 40cm de neige tombés mardi à la maison, le redoux de dingue arrivé depuis jeudi (jusque 14°C à l'ombre hier), et l'envie de profiter encore des conditions à proximité de la maison.

    Je vise donc une face exposée Est, assez raide, qui permet de descendre d'une antécime du Grand Veymont.

    Et le choix est le bon !

    Départ à 7h00 de Gresse, sommet du Veymont à 8h30. Premiers virages sur neige dure en face Ouest, puis au niveau de l'Agnellerie, grand ski et belles sensations en pente soutenue (entre 40 et 45° sur 400m) sur une neige revenue à point au soleil.

    Petit rephoquage pour gagner 100m de D+ et retour Gresse (9h15) par les pistes de la station qui va fermer ce week-end.

    Cette sortie me donne des idées pour la suite.... à voir !

    Pièces jointes:

    Serge D. (FRA 018) aime votre message.
  6. Lire l'article
  7. 5 Mars 2017
    Entre les dernières précipitations de la fin de nuit (vers 6h00) et les prochaines annoncées (14h00 ?), il y avait un petit créneau pour profiter des chutes de neige de samedi, qui ont blanchi les pentes jusque vers 900m d'altitude.

    Je remets le couvert au couloir des Sultanes (Pas de l'Oeille - 1966m), où l'ambiance sera sûrement sympathique : rochers plâtrés, couloir vierge, lever de soleil...
    Heureusement en tous les cas, car côté ski, ce fut moyen : les 10cm de neige froide ne suffisent par à amortir le skieur et on sent le fond dur à chaque virage.
    Mais bon, j'ai eu le privilège de tracer à la montée et à la descente, ne croisant d'autres randonneurs que bien bas dans la forêt d'accès.

    Quelques photos pour illustrer ces 2 heures passées au grand air !

    Pièces jointes:

  8. Lire l'article
  9. 25 Février 2017
    Premier "Grand Veymont" de la saison à ski !

    Il est vrai que les conditions de neige n'ont pas été bien formidables, et, en plus, elles ont tendance à se dégrader...
    Je profite de ce samedi matin où les routes des Alpes sont inaccessibles pour rester en mode local.

    Je décide de monter par la face Est directe de l'Agnellerie afin d'éviter le passage du Pas de la Ville. Cela permet de varier un peu, et de rester au soleil pour parfaire le bronzage (!!!!!).
    Je rejoins la crête puis parcours les grandes pentes bien pelées qui mènent au sommet (2341m). La vue est toujours sympa sur le Mont Aiguille.

    Descente rapide sur de la neige gelée, puis un peu transformée en face Est, puis presque encore poudreuse dans un petit couloir secret exposé Nord.

    Je remonte alors plein Sud pour rejoindre Pierre Blanche, histoire d'arrondir un peu le D+ et profiter de la montagne.
    Superbe descente en mode transfo, puis encore un peu de D+ pour basculer vers les pistes de ski de la station. En effet, il n'est plus possible de skier dans la forêt, en dessous de 1500m d'altitude.

    Retour base après 3h00 de ski "pas si pire" finalement.
    A noter que les peaux de phoque auraient pu rester à la maison, car la neige était bien dure et les faces parcourues suffisamment raides pour ne pas regretter le portage des skis.

    Pièces jointes:

    Serge D. (FRA 018) aime votre message.
  10. Lire l'article
  11. 23 Février 2017
    Salut à tous,
    05320 coop c'est le nom de notre groupement à la Grave. Le team est composé de different riders locaux (dont certains sont professionnel) dans leur discipline respective (ski ou snowboard freeride, alpinisme, cascade de glace, speed riding...), ainsi que de professionnels de l'image (de renommée internationale).
    L'idée est de partager à travers nos videos, photos les plus beaux moments de l'hiver. Alors n'hésitez pas à liker notre page face book https://www.facebook.com/05320coop/
    C'est avec joie que je représenterais Vertical dans cette association.
    Je vous joins ci dessous la video de présentation du team qui a été diffusée lors du festival du film de montagne à la Grave ou nous avons pu présenter notre projet.

    Serge D. (FRA 018) aime votre message.
  12. Lire l'article
  13. 18 Février 2017
    Ca sent la fin pour le ski de rando dans le Vercors.... Autant en profiter donc, avec de très bonnes conditions dans toutes les pentes un peu raides orientées Est et Sud.

    Ce matin, je pars avec pour objectif de passer en revue les différents couloirs des Sultanes.

    Dans l'ordre : Sultanes "classique", pente Nord-Est, Couloir des Torcheurs du Matin, pente Sud-Est. En suivant cet ordre, on trouve à chaque fois de la belle moquette (de la neige qui s'est transformée avec le soleil, donnant des grains ronds, avec une bonne cohésion au regel, et qui se ramollit au fil des heures), avec une mention particulière pour la dernière pente skiée.

    Je m'y offre un peu de rab en descendant à la limite de la forêt, même si cela implique de remonter ensuite pour retrouver l'itinéraire classique et rejoindre la voiture.

    Bref, du grand ski, avec d'autre part le plaisir de rencontrer des copains, venus eux aussi avec l'espoir de faire du bon ski.

    Pièces jointes:

  14. Lire l'article
  15. 16 Février 2017
    Le Ranc, c'est le Ranc des Agnelons, ensemble de crêtes situées entre le Col Vert et le Gerbier, au dessus de Prélenfrey.

    L'enneigement déficitaire de cet hiver me pousse à aller profiter au plus vite de cette belle pente enneigée, car il est d'ores et déjà difficile de trouver une ligne skiable évidente, alors que nous ne sommes que mi février.

    Départ à 1100m d'altitude, comme fin mars.... Il manque déjà de la neige sur le sentier en forêt ; je reviendrai donc par les pistes de débardage.
    Au pied des pentes supérieures, il faut se rendre à l'évidence : la "directe" ne passe plus. Je poursuis donc sur le sentier balcon, pour aller chercher le vallonnement le plus au nord.

    Je croise une belle harde de chamois qui profite de la belle météo pour faire des glissades.

    Au sommet, la vue sur les plateaux du Vercors est saisissante : il y a plus de marron, gris, noir que de blanc...

    Bien qu'il ne soit que 9h15, la neige est déjà bien revenue. La descente est parfaite, et on a vraiment la sensation de skier en plein ciel.

    Retour à la voiture sans encombre, mais avec la crainte que les sorties de ski de rando dans la Vercors se terminent bien vite....

    Pièces jointes:

  16. Lire l'article
  17. 11 Février 2017
    Enfin une sortie de ski de randonnée digne de ce nom !!!

    En cette année de faible enneigement, où d'autre part les redoux se succèdent, il est difficile de faire du bon ski.
    Alors certes, la sortie de ce matin n'est pas LA sortie de la décennie, mais tout de même !

    Une belle neige, l'occasion de faire la trace à la montée et à la descente, quelques pas un peu "tendus" en travers des barres rocheuses pour rejoindre une pente vierge ; voilà quelques ingrédients pour rentrer à la maison satisfait après ces 1700m de D+.

    Au passage, on se rend bien compte que la balise enneigement du secteur se porte mieux qu'il y a 10 jours, mais qu'il manque encore 60cm de neige tassée pour retrouver des hauteurs de saison.

    Pour les connaisseurs, et histoire de préciser le secteur skié ce matin, disons que j'ai tricoté autour du Pas de la Ville, au dessus de Gresse en Vercors.
    Il y avait à partir de 10h00 une belle affluence, et tout ce petit monde était content d'être là....

    Voilà désormais une belle sous-couche en place. Reste à savoir quand il va reneiger....

    Pièces jointes:

  18. Lire l'article
  19. 28 Janvier 2017
    Il fallait être motivé ce matin pour prévoir une sortie de ski de rando dans le Vercors.... peu de neige, douceur et vent du sud, nuages filtrant le soleil ....

    Mais bon, les sorties en bord de piste pour travailler le foncier, ça va bien 2 minutes ; il y a un moment où on a envie de se retrouver vraiment en montagne...

    Objectif Pierre Blanche (2106m) ce matin donc au départ de Gresse en Vercors (1250m). Le vent du sud des 2 derniers jours a bien dégarni les croupes, et tassé le manteau neigeux. Tellement tassé même qu'en de nombreux endroits, il n'y a plus que l'herbe...

    Le sentier en forêt passe bien à ski, la neige ayant été tassée par les raquettes et protégée des assauts du vent par les arbres.
    Au niveau de la balise nivose du coin (1710m, en fait un panneau indicateur de chemins), on se rend compte qu'il manque environ 120cm de neige par rapport à une année standard. Enfin, on réussit quand même à atteindre le Pas de la Ville à ski.
    Je vire à droite pour remonter les grandes pentes (partiellement dégarnies) qui mènent au sommet de Pierre Blanche. De là, on peut admirer le sentier qui part en direction du Grand Veymont ; ben oui, y'a pas d'neige....

    En rusant un peu, je réussis une descente assez agréable en terme de qualité de neige, même si les requins ne sont pas loin... Revenu au niveau de la forêt, je profite d'une éclaircie (d'au moins 25 secondes) pour me motiver et remettre les peaux. Je remonte jusqu'à un petit collet qui permet de skier la belle combe au pied des falaises de Pierre Blanche.
    Du fait de l'orientation nord-est, la neige est restée assez froide, et c'est un plaisir de faire quelques courbes dans ces pentes en grain-fin.

    Retour par les pistes de la station où là, pas de surprise, on skie sur du béton !

    Bon, à quand la prochaine perturbation, avec un isotherme 0° vers 1000m ????

    Pièces jointes:

    Christelle P. (FRA 031) aime votre message.
  20. Lire l'article
  21. 21 Janvier 2017
    Il y a tout juste une semaine, je passais ma journée à déneiger..

    Ce samedi, c'est grand beau sur l'Alpe, et j'ai bien envie d'en profiter ! Envie aussi de profiter du calme, sans forcément atteindre un sommet ou un col.

    Je pars tranquillement de Prélenfrey (alt 950m), et me dirige vers les falaises du Vercors, dans une belle neige restée froide.
    Me voilà au bout d'une bonne heure au pied du couloir des Sultanes où j'ai l'agréable surprise de découvrir de très bonnes conditions. La neige s'est densifiée, et le surplus est descendu seul, créant un fond me semblant bien stable.

    Les 200 mètres de dénivelé les plus raides et étroits sont remontés à pied sans trop d'enfoncement. Reste que l'on est en début de saison, et que je serai bien content d'arriver en haut. Les 1000 mètres de D+ effectués quasiment tout le temps en traçant m'ont un peu entamé. Il m'a fallu plus d'une heure 45 pour rejoindre la corniche sommitale !

    La descente est vraiment très agréable, même s'il faut rester un peu sur la défensive du fait de l'absence de sous-couche.

    Bref, un très bon moment passé sur les planches ce matin ! A refaire !

    Pièces jointes:

  22. Lire l'article
  23. 16 Janvier 2017
    Petit clin d'oeil à Serge pour le titre...

    Un créneau pendant la pause méridienne ; direction le col de l'Arzelier (1154m) pour faire glisser les peaux et juger par moi même des effets du vent sur la chute de neige de la fin de semaine passée.

    Il est tombé pas loin de 50cm au col, et à partir de 1600m, une fois la limité de la forêt dépassée, on trouve de superbes (!) accumulations de plus de 1m, avec de belles plaques à vent qui se sont formées.

    Cette neige a au moins le mérite d'exister, et même s'il faudra surveiller les effets du froid annoncé sur cette première couche, on a la joie de retrouver des montagnes blanches.

    Autre constat : le vélo c'est bien pour le cardio, mais l'effort des jambes est différend de celui fourni en ski, notamment en descente ! Etirements et hydratation à soigner en soirée !

    Quelques photos prises un peu rapidement du fait du vent et de la fraîcheur ; on essaiera de faire mieux la prochaine fois.

    Pièces jointes:

  24. Lire l'article
  25. 21 Mai 2016
    Ma saison de ski de randonnée a débuté fin novembre. Aujourd'hui, 21 mai, il y a de grandes chances que ce soit ma dernière sortie.
    Non pas que les conditions soient mauvaises (au contraire !), mais disons que les réveils matinaux, les trajets en solitaire, les kilomètres à parcourir.... font que les skis vont se reposer.

    Mais ce matin, histoire de conclure en beauté, je retourne dans le massif des Grandes Rousses pour gravir leur point culminant, le Pic de l'Etendard (3464m).

    Je vais innover pour le début de la sortie, remontant un vallon que je ne connaissais pas encore, et qui permet, moyennant une petite remontée de 300m au retour, d'éviter les longs plats des lacs issus du glacier.

    10mn de portage au départ de l'alpage du Plan du Suet, à 1780m (5h15), puis je mets les skis aux pieds pour ne plus les quitter avant le sommet. Je profite du lever du soleil, du petit vent frais du matin, et du silence de la montagne.

    Je rejoins le sommet à 8h20, un peu entamé par la distance parcourue et l'altitude. Qu'importe, un morceau de pain et de fromage et quelques minutes à discuter avec un randonneur me remettent les idées en place.

    Cela commence par de la belle neige froide, puis 200m de dénivelé de neige croûtée, puis de la belle transfo ! Une petite traversée en rive gauche, et je remets les peaux pour remonter à l'Aiguille de Laisse (2879m - 300m de D+), ce qui permet de passer la barre des 2000m de D+.

    La suite est magnifique : de la neige douce, juste fondue en surface, et un enchaînement de vallons qui semble ne plus finir...

    Je pose les skis vers 1800m d'altitude, et reprends le chemin de l'auto au milieu des gentianes soufrées.

    Une belle fin de saison !

    Pièces jointes:

    Christelle P. (FRA 031) aime votre message.
  26. Lire l'article
  27. 16 Mai 2016
    Alors que le début de saison était pauvre en neige, on peut dire que la fin de saison rattrape le coup.
    En effet, depuis un bon mois, nous subissons régulièrement de grosses perturbations qui viennent reblanchir la montagne et embellir un peu les glaciers.

    Certes, les limites skiables remontent, mais on trouve à partir de 2200m d'altitude environ de belles épaisseurs.

    Départ ce jour à7h30 de la côte 1900, sur la route qui mène au col du Sabot, juste au dessus de Vaujany. On se gare, et la neige est là.
    Je pars néanmoins les skis sur le sac car ce matin encore, le regel a été très bon. Au bout d'une heure et un peu de distance, je me retrouve au sommet des Aiguillettes (2547m), non sans avoir cassé un rivet de ma chaussure droite. Par chance, j'ai pu le récupérer, mais je ne sais pas encore comment le faire tenir pour la descente.

    Pour le moment, je descends en face Est, en belle moquette, pour rejoindre le col du Couard (2234m) sur des pentes tranquilles où je peux skier avec une chaussure "en petite forme".

    L'objectif est désormais parfaitement visible : les Cimes de la Cochette (3041m). Sauf que non.... Les Cimes de la Cochette culminent à 3238m, et c'est le Dôme des Cochettes qui pointe à 3014m d'altitude. Cela me vaudra une (très) grand désillusion quand je regarderai l'altimètre un peu plus tard....

    Bref ; là aussi, la neige est dure, et je porte les skis... jusque vers 2900m d'altitude, où, enfin, je mets les skis aux pieds pour monter. Je remonte en direction du couloir nord où serpente une vieille trace, mais je renonce vers 3000m, la pente terminale me semblant bien chargée et plaquée.
    Du coup, je redescends un peu pour venir chercher un joli petit couloir, où je remets les skis sur le sac.

    Sur la crête, je croise un randonneur qui va me dépanner d'un morceau d'élasto, qui me servira à maintenir mon rivet en place.
    Encore 100m, et je me retrouve au sommet d'une des cimes de la Cochette (3238m).

    La vue est superbe, et je peux admirer les skieurs qui se dirigent vers le sommet du Pic de l'Etendard (3464m), tout proche.

    Après un peu de bricolage, j'entame prudemment la descente, espérant que la chaussure reste bien en place.
    Pas de problème jusqu'au col du Couard, où il faut remonter au sommet des Aiguillettes, en plein soleil... Heureusement, il y a un petit air frais qui permet de ne pas trop transpirer !

    Dernière descente en belle neige transfo, mais là, le rivet sort de son logement. Pas grave, il est maintenu par l'élasto, je ne le perdrai pas. Retour voiture à 11h45, après 2050m de D+ et une belle balade sur une versant des Grandes Rousses que je n'ai que rarement parcouru.

    Place au bricolage pour être opérationnel le week end prochain !

    Pièces jointes:

  28. Lire l'article
  29. 5 Mai 2016
    Enfin ! Grand beau sur l'Alpe, neige "sûre", jour férié.....

    Tout est là pour faire une belle sortie. Cette année, je ne suis pas encore allé au Taillefer.
    J'aime ce sommet, assez imposant, que l'on voit depuis Grenoble.

    Il y a plusieurs lieux de départ possible, et ceci est d'autant plus vrai que la saison avance et que les routes commencent à être déneigées.

    Je démarre peu après 6h30 du monument aux Chasseurs Alpins, à 1700m d'altitude, au bas de la combe Salière. Un peu de portage pour commencer, car la pente est raide et la neige très bien gelée.
    Vers 2000m, je chausse les skis et remonte la crête de Brouffier.

    J'observe la crête qui mène de la croix du sergent Pinelli au Petit Taillefer. Je vais pouvoir la rejoindre en remontant directement le couloir nord. Cela donne l'occasion de mettre les crampons, et aller taquiner les 45°.

    Après une belle crête aérienne, le cheminement redescend un peu en passant au col du Grand Van, puis c'est l'attaque de la dernière pente, rarement en bonne neige.... Je réussis néanmoins à atteindre le sommet en gardant les skis aux pieds.

    Comme il est encore tôt (8h40), je décide de descendre plein sud en direction de la combe des Ramays pour bénéficier de la neige transformée.
    Vers 2400m d'altitude, je m'arrête et reprends le chemin du sommet.

    Direction désormais la combe de l'Emay, pour revenir ensuite au Pas de la Mine. De là, je me laisse glisser vers la crête de Brouffier, non sans avoir pu admirer dames marmottes, aux aguets près de la trou.

    Retour 10h15 à l'auto, après une bien belle balade, qui propose des vues sympathiques sur les massifs alentours.

    Espérons que la météo se maintienne, les idées foisonnent !

    Pièces jointes:

    Christelle P. (FRA 031) aime votre message.
  30. Lire l'article