1. Ce site utilise des "témoins de connexion" (cookies) conformes aux textes de l'Union Européenne. Continuer à naviguer sur nos pages vaut acceptation de notre règlement en la matière. En savoir plus.
Color
Background color
Background image
Border Color
Font Type
Font Size
  1. 25 Février 2015
    Comme de nombreux sports actuels, le ski tire ses origines d’activités déjà pratiquées par nos lointains ancêtres. Les chasseurs préhistoriques utilisaient déjà des patins de bois pour se déplacer dans le neige. On a retrouvé des dessins de ces “skieurs” dans des grottes. C’est en 1774 que l’on retrouve les traces de compétitions en Norvège, et comme dans beaucoup de sports, c’est l’armée qui sera le principal facteur de développement.
    En 1888, le ski est révélé au monde par l’explorateur Nansen qui réussi la première traversée du Groenland d’est en ouest après les nombreux échecs d’expéditions françaises et anglaises. Leur secret : les patins à neige. Dès lors, le ski va prendre un élan qui va le mener à son essor actuel.
    C’est le ski nordique qui sera à l’origine de ce développement, course de ski de fond et saut à ski. Rapidement la naissance du ski en descente va également s’imposer, c'est le ski alpin : descente et slaloms permettent de démontrer la virtuosité des skieurs. Le matériel est au début très sommaire, des planches de bois et des lanières. La chute n’est pas sans danger.
    Puis les militaires commencent à utiliser le ski de randonnée pour les déplacements en terrain montagneux et c'est vraiment vers les années 1950 que le ski de randonnée prend son essor.
    Le matériel assez lourd à l'origine, s'allège et devient plus technique pour notre plus grand bonheur.
    [​IMG]
    LE SKI DE RANDONNEE

    Un minimum de technique de ski sur piste est indispensable pour pratiquer le ski de randonnée, avoir pratiqué un peu de hors piste peut aider pour la descente mais pour l'initiation, un niveau classe 2 "école de ski" suffit.
    De part expérience, le plus difficile lors de la découverte de l'activité est la montée : il faut être en forme physique et avoir envie de se "dépenser".
    Arrivé au sommet, épuisé, outre le risque de se faire mal à la descente,la fatigue ne vous permettra pas de profiter pleinement de celle-ci. Une activité physique régulière comme le footing, le vélo, le ski de fond ou la marche sont des exercices parfaitement adaptés. Il faudra choisir par la suite une randonnée en fonction de sa forme, de son niveau technique, des conditions de la neige.
    Pour la première randonnée, ne pas chercher la difficulté : découvrir la technique et l'ambiance par une sortie facile comme "le col des ourdeïs" par exemple.

    L' unité de mesure pour la majeure partie des randonnées, outre l'aspect technique, est le dénivelé :
    -700 à 900 mètres de montée représente 2 à 3 heures d'effort et doit convenir aux débutants ou aux pratiquants peu entraînés.
    -1000 à 1300 mètres de dénivelé nécessite déjà un peu de pratique et un bon entraînement.
    - plus de 1300 mètres de dénivelé demande une bonne pratique régulière et un excellent entraînement.
    Pour vous situer, un débutant peu entraîné va faire 250 mètres de dénivelé positif par heure.
    Un compétiteur de haut niveau fera 1400 mètres de dénivelé positif par heure selon les conditions de neige.

    Selon l'exposition et la saison, la neige pourra être poudreuse (en janvier) ou gelée au nord, transformée ou coûtée au sud, soufflée, soupe en fin de randonnée : il faudra donc s'adapter.
    Il faut donc choisir sa randonnée selon les conditions météo, les conditions nivologiques et sa forme du moment.

    Le principal sera toujours la stabilité du manteau neigeux pour des raisons de risque d'avalanche.

    Ne pas hésiter à prendre l'avis des professionnels qui sont toujours sur "le terrain" et qui ont eu connaissance de l'évolution de la neige.




    Pour le matériel, il vous faut : des skis, chaussures, bâtons, ARVA, pelle, sonde, un sac à dos, bonnet, lunettes de soleil de haute protection, masque (si il neige), gants, gourde, couteau, crème solaire, pull ou fourrure polaire, coupe-vent type Goretex, pantalon de ski, chaussettes, collant, sous-vêtements.
    Pour une pratique du ski de randonnée en raid ou haute montagne, le matériel d'alpinisme sera fort utile.....voir pour ce genre de ski-alpinisme une sortie type : Les dômes de MONETIER

    Avoir son matériel pour une pratique régulière est intéressant mais pour une pratique occasionnelle on pourra louer sans problème le matériel dans des magasins de sports

    Si vous décidez de faire appel à un professionnel, il vous fournira la plupart du temps tout le matériel de sécurité (ARVA, pelle,sonde) et sera toujours la pour vous aider dans tous les petits problèmes de la randonnée.

    LES SKIS

    [​IMG]

    Le choix de la chaussure est primordial : les chaussures actuelles de ski de randonnée sont à la fois confortables et techniques. Mais chaque pied est un cas particulier et toutes les marques ne lui conviendront pas !
    Pour cette raison, prenez le temps d'essayer plusieurs modèles et lors de vos après midi pluvieux chez vous, n'hésitez pas à faire le tour des magasins et de trouver la chaussure qui est faite pour vos pieds.
    Pas trop serré, pas trop large, voilà nos recommandation.. et ne mettez surtout pas 2 paires de chaussettes.

    LES BÂTONS
    --------[​IMG]

    L'utilisation est ici traditionnelle. Ils servent tant à l'équilibre qu'à la "propulsion" en montée. A la descente, ce sont des points d'appuis parfois indispensables (pentes raides).
    Les bâtons doivent être légers et solides avec une rondelle assez large pour des appuis suffisants en neige profonde. Ils doivent avoir une poignée avec dragonne de sécurité s'ouvrant en cas d'avalanche ou de blocage du bâtons dans une branche par exemple.

    Il existent 2 types de bâtons
    - Les bâtons de ski de piste
    C'est la solution la plus simple. Prendre des bâtons légers et solides avec si possible une rondelle assez large pour des appuis suffisants en neige profonde. - Les bâtons télescopiques
    Le bâton télescopique est intéressant pour son faible encombrement (portage sur ou dans le sac) et pour la longueur réglable lors des montés.

    LES VÊTEMENTS


    [​IMG]

    Quelle que soit la sortie prévue, un sac à dos est indispensable; nous aurons régulièrement besoin de nous dévêtir ou de nous alimenter....de petite capacité pour une sortie à la demi-journée il sera plus technique et d'une capacité de 30 litres pour une sortie à la journée.
    Des attaches skis sur les côtés du sac seront très appréciables lors de portage dans les pentes raides.



    L' ARVA


    [​IMG]


    Les peluches anti-recul autocollantes, car cela fait longtemps que la vrai peaux d'un phoque n'est plus utilisé, se sont imposées au fil des ans et sont actuellement les seules utilisées.
    A l'origine, les peaux étaient fabriquées avec des poils de phoque, et auraient été inventées vers 1930. Les premières peaux autocollantes sont arrivées en 1976.
    De nombreuses qualités de peluches ont été développées : poils mohair ou synthétiques, traitement hydrophobe ou non, poil plus ou moins long, plus ou moins denses. Chacune de ces caractéristiques donne des qualités différentes à la peau
    Les types de poil
    Mohair: constituées de mohair ( poil de chèvre angora ). Les poils sont teintés et fixés dans la trame du support de la peau avec une fine couche de caoutchouc.
    C'est avec ces peaux que l'on obtient la meilleure glisse et donc le moins de fatigue à la montée.
    Mais c'est aussi ces peaux qui ont l'usure la plus rapide (ce qui améliore encore la glisse mais diminue la tenue).Lorsque la neige botte, vous aurez aussi de plus gros sabots, pour l'éviter au maximum deux solution :
    - utiliser les peluches hydrophobes (le traitement est efficace à vie)
    - appliquer, avant le départ, du silicone ou PTEF en spray ( type Téflon) sur la peluche. Cela améliore aussi la glisse. En cas de neige "râpeuse" l'effet peut ne pas durer toute la randonnée. Ce traitement est à faire avant chaque sortie. Vous pouvez aussi utilisez de la paraffine ( ou fart) à froid.
    Synthétique: elle sont apparues après les peaux mohair. La trame est plus épaisse qu'une peau mohair. Le résultat est dons assez lourd et rigide. Par contre le matériau utilisé est par nature hydrophobe.
    Ces peluches sont celles qui résistent le mieux dans le temps. L'effet anti-recul est excellent dans toutes les neiges. La trame résiste assez bien aux déchirures sur les pierres.
    La glisse est moins bonne.
    Mixte: ces peaux sont constituées d'un mélange de poils synthétique et de poils mohair en proportion variable selon le fabriquant ou le modèle de peau.


    Quelle est donc la bonne bonne peau ?
    Pour un usage classique, c'est à dire pour le loisir, une bonne peau sera un compromis entre la solidité, l'antibottage et la glisse.

    AJUSTAGE DES PEAUX



    1. Ajustage en largeur des peaux sur les skis
    Une peau est efficace si elle est ajustée au ski. C'est particulièrement vrai dans les traversées sur neige dure (on peut alors aussi mettre des couteaux) :
    Une peau trop large recouvre les carres et empêche le ski d'accrocher.
    Une peaux trop étroite ne joue plus son rôle de retenue car elle ne touche pas la neige.
    Il faut donc qu'au patin la peau laisse la carre visible pour permettre le retenue longitudinale et latérale du ski en traversée sur neige dure mais pas trop non plus sinon la peau n'accroche plus.


    Skis classiques
    Pour ces skis, les peaux sont de largeur constante car le ski est peu taillé.
    Largeur de la peau = largeur du ski au patin moins 4 millimètres.
    Skis paraboliques
    Ces skis sont très taillés. La peaux doit suivre les carres sur au moins le tiers central du ski : il faut donc investir dans une paire de peaux adaptée aux skis ou tailler une paire de peaux droite en fonction de la forme du ski.

    2.Ajustage des peaux en longueur
    La peau doit être ajusté en longueur : coupez l'extrémité de la peau (avec des bons ciseaux) à 10 ou 15 cm du talon du ski. Il faut faire une découpe arrondie pour éviter que la peluche ne se décolle dans les coins.
    Plus vous raccourcissez votre peau, meilleur sera la glisse mais moins bonne sera la retenue.

    LA FIXATION DE LA PEAU SUR LE SKI


    Autocollante simple :la peau est fixée à la spatule du ski par un simple étrier métallique et elle ne tient uniquement que par la qualité de la colle.
    Elle a une excellente glisse mais si la colle n'adhère plus c'est très désagréble pour la suite de la randonnée.

    Autocollante avec tendeur : la peau est fixé à la spatule par un étrier qui est relié à la peau par un tendeur en caoutchouc; le talon de la peau reste libre et il est possible d'enlever la peau sans déchausser pour le passage de la montée à la descente.
    Si vous n'êtes pas compétiteur, nous ne vous conseillons pas ce modèle car la colle doit être de bonne qualité et renouvelée régulièrement.

    Autocollante avec tendeur et talon : la peau est fixé à la spatule par un étrier qui est relié à la peau par un tendeur en caoutchouc. Le talon de la peau de la peau est tenu par un crochet dans une encoche prévue à cet effet.
    Si votre ski n'a pas d'encoche, vous pouvez le faire vous même ou par un technicien en magasins de sports.
    Ce système assure la meilleure tenue possible de la peau sur le ski. Idéal pour ceux qui n'entretiennent pas vraiment la colle de leur peaux...
    Les utilitaires de dépannage sur le terrain
    Une petite bombe de colle en spray se met facilement dans le sac et permet de remettre de la colle en cas de problèmes. Il vaut mieux faire cela la veille à la maison ou en refuge. On réencolle les 20 ou 30 derniers centimètres de la peau.
    C'est un dépannage qui ne fonctionne pas en cours de randonnée, cela permet seulement de retarder un réencollage total.
    La trame double-face ou de l'adhésif double face vous permettront de poursuivre votre randonnée.
    Il suffit de mettre un morceau de trame encollé sur ses deux faces de 5 cm de long. C'est réutilisable et réencollable. C'est indispensable d'en avoir deux ou trois morceau dans son sac pour les raids.
    Un rouleau de strapal ou élastoplaste ( qui doivent d'ailleurs se trouver dans votre pharmacie) pourront aussi vous être d'un grand secours.




    [​IMG]


    Les couteaux sont utilisés lorsque la neige est très dure et que l'adhérence des peaux ne suffit plus ou lorsque le dévers de la pente est très marqué.
    Il existe deux types de couteaux : mobiles ou fixes.

    Les couteaux mobiles sont fixés sous l'avant du pied, sur la plaque mobile de la fixation : Ils se soulèvent avec le pied et permettent ainsi de ne pas freiner le glissement dans la phase d'avancée du ski.
    mais en traversée, le ski peut glisser au moment ou le skieur met son pied en mouvement (le couteau se soulève avec le pied).
    De même, l'utilsation des cales de montée est difficile car la plaque mobile ne revenant plus sur le ski, le couteau ne mort plus complètement dans la neige.

    Les couteaux fixes eux se placent sur le ski, à l'aplomb du centre de gravité du skieur. Il sont donc indépendants de la fixation et de la levée du pied.
    L'avantage est que l'accroche est optimum et l'utilisation des cales de montée ne pose pas de problème, l'inconvénient est que le couteau freine aussi l'avancée du ski.
    L'utilisation des cales de monté et des couteaux mobiles est contradictoire, car avec la cale, le couteau ne mort plus dans la neige dure.
    Il faut donc utiliser judicieusement les cales de montée en fonction de vos couteaux.

    PHARMACIE

    Les conseils des pros

    Pensez que de la qualité de la pose de vos peaux, dépendra de la réussite de votre journée ou de votre sortie.
    Il n'y a rien de plus désagréable que de devoir renoncer à cause d'un problème de peaux.......d'ou l'importance de la pose
    Les skis devront toujours être secs au moment du collage, un petit chiffon vous rendra de précieux services.
    Evitez de mettre la colle de vos peaux en contact avec la neige et si vous devez "repeauter" une nouvelle fois, mettez vos peaux directement contre vous ( entre votre ventre et la première épaisseur de vêtements) ce qui leurs permettra de sécher.
    Ne plantez pas vos skis par les talons dans la neige lorsque vous avez fixé vos peaux.........mais oui, on le voit souvent.
    Ne jamais faire sécher les peluches en pleine chaleur (soleil ou poêle du refuge), car cela modifie la qualité de la colle.
    La colle se détériore dans le temps et il est nécessaire de réencoller les peaux chaque début de saison. Les farts à chaud ou à froid n'endommagent aucunement la colle et permettent d'entretenir la semelle des skis. Si le bout de la peau se décolle en cours de randonnée, le fixer au sparadrap ou mieux avec un carré d'adhésif double face. Il est aussi possible d'utiliser de la colle en spray qui sèche en 5 à 10 minutes. Les systèmes à tendeur caoutchouc et crochet talon empêchent tout décollement de la peau en cours de randonnée, à condition de placer le crochet dans une encoche prévue sur la talon du ski (encoche d'origine ou limée).
    Ne pas hésiter à prendre une peaux de rechange si vous avez de vielles peaux.
    Un petit bout de fart sera bien utile pour farter les peaux si elles bottent et de préparer la semelle avant la descente en "crayonnant" celle-ci.
    Ne pas surestimer ses capacités, s'informer sur les conditions de la neige, préparer son itinéraire, avoir un équipement adéquat, éviter de partir seul, prévenir quelqu'un de son itinéraire et de l'heure de retour prévue.
    En cas de doute si vous ne connaissez pas le terrain ou que vous n'êtes pas très sûr de vous, faites appel à un professionnelprésent sur notre site.

    TECHNIQUE


    MONTEE
    La technique de montée en ski de randonnée n'est pas vraiment problématique du moment que l'on reste dans des profils humains. Comme lors de la pratique de tous sports, démarrage doux et progressif, alimentation et hydratation régulières.
    Dès les premières minutes, le randonneur va prendre confiance dans la peau de phoque et s'apercevoir qu'il peut monter sans problème des pentes assez raides.
    Dès que la pente augmente, on utilise les cales de montée pour soulager les jambes et l'effort physique. Les cales peuvent se mettre avec les bâtons de ski (un petit tour de main à prendre) et la montée se fera toujours en virages ........
    La difficulté à la montée outre le profil et le dénivelé viendra de la conversion, c'est-à-dire du changement de direction.
    La conversion étant nécessaire dès que la pente est raide, il est donc conseillé de s'entraîner avant.
    Une conversion se fait vers l'amont en général et exceptionnellement vers l'aval quand la pente est forte.


    DESCENTE
    Un minimum de technique de ski sur piste est indispensable pour pratiquer le ski de randonnée, l'idéal étant d'avoir pratiqué un peu de hors piste mais pour l'initiation, un niveau classe 2 "école de ski" suffit.
    La technique va dépendre de la qualité de la neige.
    En neige de printemps et en neige transformée, il sera facile de skier puisque la neige sera régulière et l'on retrouvera les sensations et techniques de piste : mais ne pas oublier que l'on n'est pas sur les pistes.
    Par contre, en neige poudreuse, la stabilité sera moins importante et la descente beaucoup plus technique ( le matériel actuel va grandement nous aider dans ce type de neige).
    Il peut arriver lorsque la neige est vraiment difficile à skier d'être obligé de faire des conversions vers l'aval pour changer de direction : dans ce cas la, prudence et vitesse modérée sont gages de sécurité.

    Mais comme nous le disons toujours, une sortie en ski de randonnée c'est aussi le plaisir d'être dehors, de faire un effort physique, de profiter de la beauté des paysages et si la neige est bonne, tant mieux, sinon on s'adaptera ................




    BONNE RANDONNEE A TOUS
  2. Lire l'article